CO-CONSTRUCTION D’OPTIONS D’INTENSIFICATION DURABLES DANS LES SYSTÈMES DE POLYCULTURES-ÉLEVAGE DANS LES COMMUNES DE KOUMBIA ET DE KOUROUMA À L’OUEST DU BURKINA FASO



CO-CONSTRUCTION D’OPTIONS D’INTENSIFICATION DURABLES DANS LES SYSTÈMES DE POLYCULTURES-ÉLEVAGE DANS LES COMMUNES DE KOUMBIA ET DE KOUROUMA À L’OUEST DU BURKINA FASO

RESUME
Dans la zone cotonnière ouest du Burkina Faso, la productivité des systèmes agropastoraux baisse ces dernières années. La diversité des sources de revenus des exploitations agricoles familiales (EAF) demande pour ces dernières des accompagnements appropriés. Cette thèse rend compte de cette diversité, des besoins d’accompagnement selon les types d’exploitation agricole familiale, de l’impact ex ante d’innovations durables basées sur l’intégration polyculture élevage co-construites à l’échelle de l’exploitation et des facteurs qui influencent leur adoption. Des outils de la méthode active de recherche participative (assemblée villageoise, focus group, etc.) ont été utilisés dans un premier temps pour comprendre le contexte. Une enquête a été réalisée auprès d’un échantillon raisonné de 120 exploitations pour mieux analyser leurs structures, leurs pratiques de production et leurs contraintes. Des solutions aux contraintes co-construites par les membres de la plateforme d’innovation ont été expérimentées et suivies dans des parcelles et des ateliers d’embouche auprès de 57 agro-éleveurs. Cinquante agroéleveurs impliqués dans la co-construction d’innovations d’intégration agriculture élevage ont été interrogées pour analyser la contribution des plateformes d’innovation dans l’adoption des innovations. Des analyses multi variées, un modèle microéconomique d’optimisation du revenu et un modèle économétrique ont été appliqués pour caractériser les exploitations, évaluer l’impact des innovations et analyser les facteurs explicatifs de leur adoption. Les résultats montrent trois types d’exploitations : Agriculteurs, Agro-éleveurs et Eleveurs. A la lumière de leurs structures, pratiques de production, performances technico-économiques et opportunités de production agricole, leur accompagnement portent sur plusieurs innovations durables communes ou spécifiques des types identifiés. Des accompagnements sur la gestion des ressources de l’exploitation, les bonnes pratiques de gestion de la fertilité des sols et des animaux sont communs aux trois types d’EAF. Les cultures fourragères, l’embouche et la production laitière sont spécifiques aux Agro-éleveurs et éleveurs. L’amélioration de la valeur nutritive des résidus de cultures et l’entretien des bœufs de trait correspondent plus aux attentes des agriculteurs. L’évaluation des innovations durables co-construites à l’échelle d’exploitation montre que seules deux innovations sont rentables pour une exploitation typique d’agro-éleveur de l’ouest du Burkina Faso. Il s’agit de : (i) la culture du niébé avec micro dose d’engrais (2,5g NPK +1,5g d’urée /plant) et (ii) l’embouche bovine avec une ration journalière composée de 1,7 kg maïs grain, 1,7 kg de tourteau de coton, 0,6 kg de gousses de Piliostigma reticulatum, 1 kg de fanes de légumineuses, et 4 kg de chaumes de céréales. Ces pratiques améliorent le bilan céréalier et augmentent le revenu de 21%. Cependant, l’adoption des pratiques durables basées sur l’intégration agriculture élevage est influencée non seulement par les facteurs de production (capital, main d’œuvre, terre, etc) mais aussi par l’accès au marché et la fréquence de participation aux réunions de la plateforme d’innovation par l’exploitant. L’amélioration de la productivité des systèmes de production basée sur l’intégration agriculture-élevage doit tenir compte des spécificités des exploitations et de leur environnement.

Mots clés: Intensification durable, système d’exploitation agricole, analyses multi variées, Modélisation, Burkina-Faso.

Télécharger le PDF